31 mai 2023

LeBlogateur

L'actu gratuite. Sans pub.

Sa fille de 6 ans est agressée sexuellement, le père tabasse l’auteur des faits

3 min read
Sa fille de 6 ans est agressée sexuellement par un adolescent de 16 ans, le père se fait justice lui-même.

Tout commence dans la nuit de Jeudi à Vendredi 21 Octobre, vers 3 heures du matin.
Le père est au travail, et la mère décide de monter dans la chambre de sa fille, âgée de 6 ans.
C’est alors qu’elle aperçoit un adolescent dans la chambre de sa fille, qui prendra la fuite rapidement.
Selon la maman de la fillette, l’adolescent serait entré dans la maison, par une porte restée ouverte.

Le père, prévenu par sa conjointe, décide de mettre en place une surveillance, aidé par trois autres personnes, afin d’identifier l’auteur des faits, et de l’attraper.
Une plainte a pourtant été déposée, mais le père de famille doute de la capacité des forces de l’ordre à appréhender le suspect, affirmant qu’aucune patrouille n’est passée, qu’aucune ronde n’a été mise en place.
L’adolescent est alors repéré par des habitants du quartier, dans la nuit de Vendredi à Samedi, vers2 heure du matin, rôdant à nouveau autour du domicile familial.
Le père de famille le prend alors en photo afin que sa femme puisse l’identifier.
Catégorique, la conjointe est sûre qu’il s’agit bien de cet individu.

C’est à partir de cet instant que le père de famille dit avoir « pété un câble ».
L’adolescent est roué de coups, lui occasionnant 10 jours d’ITT. Après avoir passé le jeune garçon, âgé de 16 ans, à tabac, le père de famille appelle les forces de l’ordre, qui placent l’adolescent en garde à vue, pour les fais d’agression sexuelle sur mineure de moins de 15 ans.
Le père de famille, quant à lui, est également placé en garde à vue pour coups et blessures volontaires sur mineur de plus de 15 ans.

Au tribunal

A la barre, le père de famille avouera avoir « pété un câble » et ne pas avoir réfléchi aux conséquences de ses actes, aveuglé par ce qu’avait subi sa fille de 6 ans.

On ne peut pas accepter que de tels faits soient commis, quand bien même ce jeune homme aurait commis les faits pour lesquels il a été interpellé e mis en examen, ça ne justifie pas et ça ne légitime pas les violences commises.

Abdelkrim Grini – Procureur de la République de Roanne

Le père explique

Je l’ai coursé, j’ai réussi à lui sauter dessus, et j’ai appelé la Police. Des coups ont été portés, j’ai vue ma femme décomposée en larmes, me disant que quelqu’un était entré dans la maison, je suis devenu fou, mais fou, fou, fou.

Le père de famille

L’adolescent, transporté à l’hôpital de Roanne à la suite de ses blessures, s’est vu prescrire 10 jours d’ITT.
Placé en garde à vue, il nie les faits qui lui sont reprochés. Il était placé depuis 15 jours dans une structure spécialisée, non loin de la maison de la victime.

Sur demande du parquet de Roanne, l’adolescent a été mis en examen et placé en détention provisoire pour agression sexuelle aggravée sur mineure de mois de 15 ans, et une information judiciaire a été ouverte.

Interrogé par BFMTV, le père indique ne pas regretter son acte, et déplore que s’il n’était pas intervenu, l’adolescent n’aurait jamais été appréhendé par les forces de l’ordre. A la suite de ces déclarations, le Procureur de la République de Roanne a initié une procédure pénale pour violences aggravées en réunion et avec arme (un câble électrique ayant servi à fouetter l’adolescent), à l’encontre du père et des 3 autres personnes l’accompagnant dans cette expédition punitive.

Je n’aurais pas du le faire, mais je ne regrette pas de l’avoir fait. Heureusement que mes amis étaient là, et qu j’étais encore lucide pour appeler la Police, sinon j’aurais pu aller beaucoup plus loin.

Le père de famille au micro de BFMTV

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *